Quelle station 3D choisir pour Autodesk Showcase et 3DS max ?

Étant donné que les deux applications Autodesk Showcase et 3DS Max sont destinées à réaliser des graphiques 3D interactifs, certains utilisateurs pourraient être tentés de les implémenter à une même station 3D. Or, c’est n’est pas toujours une bonne idée. Voici pourquoi.

Autodesk Showcase et 3ds max utilisent les stations 3D de différentes façons

Autodesk Showcase et 3DS Max Design permettent d’effectuer une modélisation 3D, de l’animation et du rendu dans une multitude de domaines professionnels tels que l’architecture, les jeux vidéo, le design mécanique, etc. Pour rappel, ces programmes ont été créés avant même le lancement des premiers produits Windows au milieu des années 90, notamment le 3D Studio Max. Mais ce dernier fait partie de la même génération que MS DOS. Il faut reconnaître qu’il affiche une excellente performance dans les domaines susmentionnés, bien que le rendu laisse un peu à désirer parfois.

Quant à Autodesk Showcase, le rendu en temps réel est bien meilleur. Ce produit est même considéré comme un programme 3D très haut de gamme. Il est surtout très prisé dans la conception automobile. Historiquement, il a été conçu et développé par Alias team, une entreprise acquise par Showcase après sa fusion avec Autodesk il y a plusieurs années. Ce programme est connu pour son puissant système de représentation scénique baptisé SceniX, un système qui se trouve actuellement au cœur de tout programme 3D visant à produire un rendu en temps réel à la fois rapide et de meilleure qualité. La preuve : SceniX est le pilier de l’animation des produits de RTT et de Bunkspeed.

Ces applications ne sont efficaces qu’avec des stations 3D très rapides et dotées de cartes graphiques professionnelles

Les stations 3D professionnelles ont été conçues pour gérer des applications de très haute performance. Quelques stations telles que Dell Precision T7600, Fujitsu Celsius R920, HP Z820 ou Lenovo ThinkStation D30 conviennent parfaitement à ces programmes. Elles peuvent également être équipées de cartes graphiques de type AMD FirePro W8000, NVIDIA Quadro 6000 ou NVIDIA Quadro K5000. Mais pour éviter les obstacles, encore faut-il que ces stations soient dotées de bi-processeurs de type Intel Xeon, c’est-à-dire avec pas moins de 4 cœurs. Certes, pour les développeurs et les webdesigners, un processeur de type Intel Core i7 fera bien l’affaire. En revanche, les autres concepteurs 3D tels que les graphistes et les vidéastes ont intérêt à se tourner vers Xeon.

Côté carte graphique, mieux vaut s’abstenir des modèles pour gamers. Ce sont celles appartenant aux gammes FirePro d’AMD et Quadro de nVIDIA qui sont les plus intéressantes. Le fait est qu’elles embarquent des fonctions spéciales CAO et vidéo, voire des dispositifs dédiés aux calculs 3D qui, normalement, étaient dévolus au processeur principal. Évidemment, en termes de mémoire, un minimum de 16 Go d’espace libre sera requis (pour les applications plus exigeantes comme celles relatives à l’animation vidéo ou la CAO, 32 ou même 64 Go sera plus appropriée). Pour ce qui est du support de stockage, un SATA 3 de 1 To permettra aux développeurs de profiter de la vitesse des disques SSD. Quant aux autres métiers, ils pourraient privilégier les disques mécaniques allant jusqu’à 7200 tours par minutes.

Performance de 3DS Max

D’abord, il importe de savoir qu’afin que la modélisation et la visualisation 3D interactives en temps réel soient de bonne qualité, il faut qu’un cœur CPU soit en saturation et que le GPU fonctionne à pleine capacité. C’est valable aussi bien pour la CAO, l’animation que pour le design. Dans cette optique, 3DS Max arrive à faire fonctionner un CPU et un GPU selon les exigences de la plupart des utilisateurs, et ce quelle que soit la taille pré-requise dans les modèles de test. D’ailleurs, pour n’importe quelle station 3D utilisée, ce programme fonctionne selon une méthode d’affichage en temps réel appelée «dégradation adaptative». Concrètement, cette méthode contribue à rendre chaque image moins complexe ; et grâce à elle, il est possible de maintenir un nombre stable d’images par seconde, puis de rendre chaque image plus raffinée une fois le déplacement du modèle achevé. Bref, pour la plupart des modélisateurs, la technique d’affichage de 3DS Max est acceptable, car elle priorise l’interactivité et favorise l’amélioration de la qualité d’image.

Mieux, l’utilisation de l’application 3DS Max sur ces stations 3D proposées offre de réels avantages. Primo, pour des tests endurants, le GPU du programme est à peine sollicité (inférieur à 30%). Cela signifie tout simplement que les professionnels travaillant de manière interactive sur des modèles de différents formats n’auront plus besoin de recourir à des GPUs haut de gamme et onéreux basés sur la technologie «multi-threading». Secondo, seul un cœur du CPU est utilisé, ce qui représente une bonne option pour les utilisateurs ne disposant que d’une station à un seul CPU.

Performance de Showcase

Comme évoqué précédemment, Showcase est également un programme de rendu 3D interactif fonctionnant en temps réel. En plus du fait qu’il n’utilise qu’un seul cœur CPU, il sollicite l’intégralité des capacités du GPU de la station 3D. À la différence de 3DS Max donc, Showcase utilise un mode de rendu de type ray-tracing très interactif dont le processus de modélisation et d’animation est basé sur des calculs effectués seulement au sein du CPU. Résultat : il n’a pas tendance à saturer le GPU, mais utilise autant de cœur CPU qu’il y a de système. Cette méthode représente un bel atout en termes d’images par seconde. En effet, Showcase affiche 70 à 100 IPS avec un rendu matériel d’excellente qualité.

Par ailleurs, contrairement à 3DS Max, la qualité visuelle et le rendu sont meilleurs dans Showcase. Cela s’explique sûrement par un nombre d’images par seconde beaucoup plus faible pour les plus grands modèles. En plus, en utilisant une carte graphique plus rapide de type Quadro K5000, le niveau de saturation du GPU baisse à 50% (un chiffre qui dépend du volume de données visibles sur la scène). Mais il n’en reste pas moins que SceniX de Showcase propose l’un des meilleurs rendus réalistes et en temps réel dans l’univers des revues de design virtuelles.