Interview-de-Anaële-Vermot-CG-Artist-sur-le-film-Minions Interviews

Anaële Vermot – CG Artist sur le film Minions


Anaële-Vermot-Profil
Identité

Nom : Vermot
Prénom : Anaële
Profession : CG artist – modeling / texturing / shading
Contact : anaele.vermot@gmail.com
URL :http://anaelevermot.blogspot.com/

Anaële Vermot, CG artist – modeling / texturing / shading, qui a travaillé chez Supamonks, NKI, Illumination Mac Guff, et Cube Creative, nous a accordé une interview pour nous parler de son parcours et de ses expériences professionnel.
Peux-tu te présenter, nous parler de ton parcours et de ce qui ta poussé à choisir le merveilleux métier d’infographiste 3D?
Je suis née et j’ai grandi dans la montagne, à la frontière de la suisse. A priori rien ne me destinait à aller vivre à la ville et à faire le métier que je fais actuellement.
J’ai toujours aimé dessiner et mes parents m’ont poussée dans ce que j’aimais.
J’ai commencé par prendre des cours de dessin au collège, mais sans trop penser à l’avenir. C’était surtout une passion d’enfant. Je pouvais passer des heures à dessiner ou à peindre.

C’est donc tout naturellement qu’à la fin du collège, je me suis orientée vers un bac STI Arts Appliqués, à Besançon.
Là j’ai commencé à réfléchir à ce que je voulais faire plus tard. A l’époque, je voulais être illustratrice ou décoratrice d’intérieur. Mais en discutant avec des professionnels, j’ai vite abandonné l’idée de l’illustration, du fait qu’il est difficile de ne vivre que de ça. Et décoratrice, je trouvais que ça avait un côté frustrant. On est limité par des budgets, par la volonté du client… Du coup j’étais un peu perdue, je ne savais pas trop vers quoi me diriger.

Et ça va peut-être paraître cliché, mais c’est en découvrant les films Le Seigneur des Anneaux que j’ai eu le déclic de m’orienter vers la 3D.
Je passais des heures à regarder les bonus, les yeux grands ouverts. Et je me suis mise à regarder les bonus de tous les films que j’aimais : Harry Potter, Madagascar, Spider Man, Avatar… Tout était possible, aucune limite. On pouvait tout faire : un immense paysage, des créatures imaginaires plus vraies que nature… Ça a été la vraie découverte.
J’ai donc décidé, sans trop savoir dans quoi je mettais les pieds, de continuer mes études dans cette direction.

Mes parents ont accepté, pensant que si ça ne marchait pas, je pouvais toujours me ré-orienter.
C’est donc là que je suis entrée à Bellecour Ecoles d’Art en section 3D, à Lyon, juste après l’obtention de mon bac.

Je n’y connaissais absolument rien en 3D, et ça a été très difficile au début. La découverte d’un milieu totalement inconnu, la vie à la ville, l’éloignement de ma famille… Le rythme était très difficile, mais je savais que c’était ce que je voulais faire. Je n’ai donc pas baissé les bras. J’ai réussi à passer la première année de justesse, mais en redoublant d’efforts dès le début de la deuxième année, et avec le fort soutient de mon copain, j’ai réussi à progresser de manière importante. Et j’ai pu continuer ainsi pendant deux ans, jusqu’à l’obtention de mon diplôme d’infographiste 3D en 2013.

Anaële-Vermot-Demo_01
Anaële-Vermot-Demo_02
Anaële-Vermot-Mushroom_Final
Après avoir obtenu ton diplôme, qu’as tu fait?
Comment as tu été recruté à Illumination Mac Guff?
Après avoir eu mon diplôme, j’ai directement été embauchée chez Supamonks, pour travailler sur la série Bande de Sportifs, diffusée sur Gulli et Disney Channel.
Anaële-Vermot-Grimpe_Arbres02
Je devais faire la modélisation, et texturing shading de tous les éléments du décors, et des habits/cheveux des personnages. Le rythme était soutenu, puisqu’on devait faire deux épisodes par semaines, avec les retakes.
L’ambiance là bas était super chouette, c’était plutôt bon enfant. C’était donc une bonne manière de débuter dans le monde du travail. Et ça m’a permis de me faire la main sur Maya (à l’école, je n’avais appris que 3Ds Max).
Après Supamonks, où je suis restée 3 mois, j’ai été contactée par Jérémy Macedo, pour me proposer de travailler sur le projet Boko Anana, qu’il réalise avec Franck Monier. Là encore, j’ai été chargée de modéliser et texturer/shader tous les props et les éléments du décors. Le studio NKI (anciennement Akama Studio) a accepté de fournir des locaux et du matériel pour la production de Jérémy et Franck. C’était donc à l’intérieur de leur studio que j’ai travaillé pour Boko.
Ca m’a permis de faire la connaissance de nouvelles personnes, et par la suite, d’enchaîner directement sur une pub Winamax avec l’équipe de NKI.
C’était une nouvelle expérience, puisque je n’avais encore jamais fait de pub, ou de projet photo-réaliste. Les graphistes m’ont donné plein de bons conseils, et ça m’a permis encore d’évoluer dans un nouveau domaine.
Et c’est là, pendant que j’étais à NKI, que j’ai été contactée par Illumination Mac Guff pour travailler sur le long métrage Minions.
Je n’ai jamais vraiment su pourquoi ils m’avaient appelée. J’avais postulé chez eux 3 mois plus tôt, mais sans nouvelles. Mais je suppose que c’est un très bon ami de Supamonks qui m’a recommandée là-bas. J’ai donc dit que sur le moment, j’étais à NKI, mais que j’allais être libre une ou deux semaines après. J’ai eu un entretien, et le soir même on m’a rappelée pour me dire que j’étais embauchée.
Peux tu nous en dire plus sur ton rôle au sein de l’équipe Illumination Mac Guff?
Sur le film Minions, j’ai travaillé au département Set Dressing. C’est un tout petit département: nous n’étions que 6 dans la salle, et seulement 2 à travailler sur ce film là (les 4 autres travaillaient sur le film d’après).
Le Set Dressing, c’est la mise en place des différents éléments du décor.

On fait tout d’abord une première pass de Set Dressing avant l’animation, dans des grosses scènes de décors sans camera. Par exemple, sur un décors de ville, on va agencer tous les immeubles pour qu’il y ai déjà une bonne base de travail, que le fond soit homogène, et qu’il y ait une belle forme globale. Là, c’est l’aspect global qui prime. On check aussi si tous les contrôleurs fonctionnent bien, et on fait la liste de ceux qui manquent et dont on aura besoin pour la deuxième pass de Set Dressing.

La deuxième pass de Set Dressing, on l’a fait en parallèle de l’animation. Là on entre plus dans le détail. C’est du plan par plan. Il faut faire pour que chaque plan soit raccord et bien composé. On agence déjà les plus gros éléments pour qu’ils mettent en valeur les personnages, pour qu’ils ne soient pas bord cadre, ou qu’il ne soient pas tangents ou en collision avec les personnages. On ajoute ensuite du détail. Une canette par terre, des graviers, une feuille de papier contre un trottoir… Des voitures, des panneaux, des fleurs aux fenêtres, des bonbons qui traînent sous un siège… Toutes ces petites choses qu’on ne voit pas forcément au premier coup d’œil, mais qui donnent de la vie à l’image, et surtout qui la rendent crédible!
​C’est un travail long et minutieux où il faut faire preuve de patience et d’attention, pour que chaque détail mis sur un plan ne soit pas oublié dans un autre.

Anaële-Vermot-SD
Quels outils utilisiez-vous?
Nous utilisions donc Shotgun pour toute l’organisation, l’attribution des plans, le suivi avec les superviseurs des autres départements; un pipe développé en interne qui s’appelle InK; mais pour toute la partie 3D, tout se faisait sous Maya!
Anaële-Vermot-Minions02
Combien de temps as-tu travaillé sur le film Les Minions?
Je suis restée au final 10 mois sur le film les Minions. Je suis arrivée quand le premier quart du set dressing était fait, et j’y suis restée jusqu’à la fin.
Que gardes-tu de cette expérience?
Ça a été une super découverte, sur le fonctionnement d’une prod sur du long métrage.
Et en étant dans une toute petite équipe, j’ai eu la possibilité de participer aux réunions avec le réalisateur Pierre Coffin et avec la productrice Janet Healy, et avec les superviseurs des autres départements. C’était une responsabilité en plus, il fallait assurer. Mais avec le temps j’ai gagné en confiance, et c’est devenu une simple réunion hebdomadaire, où il fallait présenter nos plans de la semaine pour avoir des retours. Le tout en anglais.
Mais surtout, cette expérience au Set Dressing m’a permis d’apprendre à mieux composer une image, de mieux appréhender les faux-raccords, et de savoir ajouter le petit détail qui rendra l’image/le plan plus vivant. C’est important! Et comme je souhaite continuer dans la fabrication des décors, ce n’est pas négligeable.
Ou en es tu aujourd’hui, quels sont tes futurs projets?
Après mon départ de Illumination Mac Guff, j’ai été embauchée chez Cube Créative pour une publicité, le délais était très court. J’ai du modéliser et texturer/shader les props, les morceaux de glace… Yavait une super charte graphique à bien respecter pour que ça reste dans la lignée de la première vidéo de skoll qui a été faite l’année dernière. Et surtout, avec la loi evin, on ne pouvait pas faire ce qu’on voulait. On était très limité dans ce qu’on pouvait faire. Il fallait faire de la pub pour de l’alcool sans que ça vendre trop le produit. Un casse tête autant dire. Mais tout c’est très bien passé, et ça a été une super première expérience à Cube!
Maintenant, je prends un peu de temps pour faire quelques projets personnels qui me tiennent à coeur.
Je travaille aussi sur un trailer de long métrage, ”Fauve”, réalisé par Michel Gibault.
Grâce à ça, j’ai pu découvrir deux logiciels, Substance Designer et Substance Painter, et j’ai été chargée de faire en quelque sorte des ”crash test” pour pouvoir faire des retours à Allegorithmic (les développeurs des logiciels en question).
Anaële-Vermot-tabouret_chouette
Anaële-Vermot-sortie04bis_final
En tous cas pour l’instant, j’essais au maximum de m’entraîner à faire du photo-réaliste. J’aurais envie d’ici un ou deux ans d’intégrer un studio de VFX. Car c’est quand même ce qui m’a donné envie de faire ce métier au tout départ. Je rêve de pouvoir faire des décors intégrés à de la prise de vue réelle. Mais pour ça il faut que je gagne encore en expérience. Ça ne fait que un an et demi que je suis sortie de l’école, je ne vais pas me précipiter ;)
Merci, d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et je te souhaite bonne chance pour tes futurs projets.
Interview Anaële Vermot par William – Juin 2015 – 3D-Station